Les bienfaits du chaud


On évoque rarement ses bienfaits mais, bien appliqué, le chaud peut, lui aussi devenir un allié précieux du coureur.

Charlène Etoile nous explique pourquoi !


Même s’il a moins de vertus curatrices ou anti-inflammatoires que le froid, il peut permettre de mieux récupérer d'un point de vue musculaire.

Si le froid, sous forme de poche ou concassé en glaçons, est paré de nombreuses vertus dans le landerneau des coureurs, on évoque moins souvent le rôle que peut jouer la chaleur, appliqué localement ou ponctuellement, sur l’organisme.

Ses effets, pourtant, peuvent avoir un réel intérêt, à condition de savoir quand et comment l’appliquer…


Une augmentation du flux sanguin

« Théoriquement, le chaud permet une détente musculaire sur les zones contracturées, grâce à une meilleure vascularisation de la zone concernée. Contrairement au froid qui provoque une vasoconstriction et ralentit ainsi la circulation sanguine, le froid permet de mieux drainer les zones musculaires un peu chargées ou abimées après une séance. Le flux sanguin, en augmentant, va permettre de mieux transporter tous les facteurs cicatrisants vers le muscle. » Il est question, ici, de ces dispositifs qui permettent de faire monter localement la température : patch chauffant, compresses d’eau chaude, crème chauffante…


Attention, toutefois : « Le phénomène reste modeste, car l’augmentation de la vascularisation est avant tout superficielle, pas vraiment en profondeur, quand on applique une poche chaude sur un muscle. » Prenez garde, surtout, à ne pas vous tromper… Surtout pas de chaud sur un saignement !


De la crème chauffante…

Autre bienfait, avant de courir cette fois : la sensation d’être prêt à l’effort quand le froid mord, dehors. Au terme de la phase d’échauffement, le fait de se passer une crème chauffante sur les cuisses par exemple aidera à entrer plus facilement dans la compétition ou la séance, en permettant de moins ressentir le froid.

Attention cela n’empêchera en aucun cas un bon échauffement… il s’agit là que de sensation et non une aide au fonctionnement des muscles ou des tendons.

Bien s’échauffer reste indispensable !!!


Le hammam.

Autre technique radicalement différente, mais de plus en plus prisée, le hammam, ou le sauna. On reste sur le même principe d’activation du flux sanguin par vasodilatation, mais avec de plus un effet sur la sudation.

D’ailleurs, mieux vaut envisager le hammam que le sauna, ce dernier aura tendance à avoir un effet déshydratant important. Or, si on ressent des contractures, mieux vaut ne pas se priver d’eau !

Le sauna est assez difficile à supporter sur le plan cardio-vasculaire.

Le hammam correspond donc mieux au coureur, qui permettra un meilleur relâchement musculaire et une meilleure relaxation.


Le chaud permet une détente musculaire, grâce à une meilleure vascularisation.